Quand des étudiants s’emparent de la cote 108 : La Grande Guerre vue par de jeunes historiens français et allemands

L’association « Correspondance.Côte 108 » s’est formée en 2013 à l’initiative de Caroline Guerner et Jean-Marie Dogué dans le but de revaloriser le site de la cote 108, sur la commune de Berry-au-Bac. Contacté par cette association en août dernier, Fabien Théofilakis, historien, nous a associés à lui en tant que jeunes chercheurs français et allemands dans un projet novateur qui a débuté en fin 2013. Ce projet de recherche, intitulé « La cote 108 à Berry-au-Bac : fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne », est réalisé ainsi en partenariat avec l’association locale. Le projet scientifique qui court sur cinq ans aborde une thématique différente chaque année. Pour cette première année 2014, nos recherches concernent l’expérience combattante des soldats, tant français qu’allemands, et les relations qu’ils entretinrent depuis le front avec leurs proches.

Notre équipe, réunie autour du coordinateur et responsable scientifique, Fabien Théofilakis, se compose de quatre étudiants français et de trois étudiants allemands. Amaury Bernard, Pierre Le Dauphin, Pedro Pereira Barroso et moi-même, Camille Laurent, des universités de Paris X Nanterre et Paris 1 Panthéon-La Sorbonne, formons la partie française ; Julia Knechtle, David Pfeffer et Stephan Schubert, de l’Albert-Ludwigs Universität de Fribourg, la partie allemande. Nous travaillerons ensemble pendant les deux premières années du projet, après lesquelles d’autres étudiants nous relaieront, mais nous conserverons un regard attentif sur la poursuite des recherches.

 

I.          Pourquoi Berry-au-Bac ?

Le projet de l’association « Correspondance.Côte 108 » vise à revaloriser le site, en rendant accessible l’un de ses principaux cratères ou entonnoirs, large de 100 m et profond de 32 m et en sensibilisant la population locale comme la jeunesse à l’héritage du passé. La formation de ces entonnoirs est en effet la conséquence de la guerre des mines qui fait rage, à partir de 1915, dans des galeries souterraines, creusées sous la colline.

 

La cote 108 et ses entonnoirs

Photo-1-e1408110352388-300x204

Collection privée

photo-2-300x199

L’entonnoir principal, près de cent ans après…

(photographie prise en février 2014)

 

La cote dite 108 était, avant la guerre, une simple colline crayeuse exploitée pour sa chaux. Mais à partir de 1914, elle devient un point stratégique sur les cartes d’état-major que symbolise ce nom qui ne la quittera plus, le nom d’une cote militaire, désignant son degré d’altitude par rapport au niveau de la mer. La colline domine en effet le village, les canaux de l’Aisne ainsi que toute la plaine ; d’où la lutte incessante entre Français et Allemands de septembre 1914 à fin 1918 pour la conquérir. On y voit encore aujourd’hui les plaies béantes que laissèrent les explosions d’obus et de mines, mal dissimulées par les ronces et les arbres.

Situé dans le département de l’Aisne, à l’extrémité est du Chemin des Dames, le village de Berry-au-Bac s’étend sur les rives du fleuve éponyme. Il est traversé par la nationale 44 – aujourd’hui la départementale D1044 – qui mène de Laon à Reims. Lieu de repli des troupes françaises depuis le Chemin des Dames, Prouvais ou le fort de la Malmaison – autres hauts lieux de combats – Berry-au-Bac est à la croisée des chemins entre Laon, Soissons et Reims et a fait partie intégrante de la bataille de l’Aisne, notamment de la deuxième bataille, en 1917, où ont été engagés les premiers chars d’assaut français : la fameuse « bataille des chars ». Le monument aux morts des chars, inauguré par le maréchal Foch le 2 juillet 1922, entretient cette mémoire.

C’est sans interruption, de 1914 à 1915, que le village est traversé par des troupes lors de la guerre de mouvement. Entièrement détruit dès l’hiver 1914, il perd sa population qui doit fuir vers l’ouest. Occupé par les troupes allemandes, le village en ruine sert de position de défense alors que la guerre devient « de position ». Les Allemands s’enterrent, pour mieux résister aux attaques françaises. Commence alors, sur la cote 108, cette guerre de mines où chaque camp creuse des galeries pour y placer des postes d’écoute ou y forer des sapes afin de désorganiser les dispositifs défensifs de l’adversaire. La cote 108, puisqu’elle concentre désormais tous les efforts des deux camps, devient un des acteurs du conflit à cette échelle locale.

Cent ans plus tard, une des questions qui se pose d’emblée à notre équipe scientifique est celle de l’oubli progressif qui recouvre la cote 108 alors qu’en comparaison, dans les années vingt, elle fait l’objet de nombreuses visites touristiques et reste l’un des champs de bataille les plus visités. C’est le point fort de ce paradoxe : la guerre des mines, ravageuse dès 1915, puis la guerre des chars, autre symbole des innovations techniques de la Première Guerre mondiale à partir de 1917, semblent avoir été peu à peu reléguées au second plan alors que la guerre des tranchées focalisait le souvenir de la Grande Guerre.

Notre projet, à la fois scientifique et humain, s’élabore donc sur deux fronts : d’une part sur le plan historique avec l’étude de la Première Guerre mondiale à partir d’une micro-échelle ; d’autre part sur la valeur mémorielle du site en travaillant à sa revalorisation en tant que lieu historique.

 

II.        Comment réintégrer Berry-au-Bac et la cote 108 dans l’histoire de la Grande Guerre ?

Le centenaire de la Première Guerre mondiale ouvre une période de forte mobilisation qui se trouve cette année directement en concurrence avec la commémoration des soixante-dix ans de la Libération. La difficulté est d’ailleurs accentuée outre Rhin où la plus grande « catastrophe allemande » reste la Seconde Guerre mondiale et les horreurs du nazisme. La Grande Guerre n’y est bien souvent considérée que comme un objet d’étude secondaire permettant de mieux comprendre les origines du national-socialisme, son succès et son évolution.

Justement, la Première Guerre mondiale est bien pour notre équipe franco-allemande la « matrice de toutes les tragédies du XXème siècle », pour reprendre les termes de Pierre Nora. Son étude est donc primordiale pour mieux comprendre les conséquences à court et moyen termes qui ont résulté de cette guerre.

Au cœur de ces commémorations où fusent de toutes parts projets et (ré)éditions d’ouvrages sur la Grande Guerre, notre projet scientifique s’inscrit dans une nouvelle approche historiographique. Notre rôle d’historien dans ce centenaire est de contextualiser la guerre dans son époque à partir d’une approche critique des sources et d’une posture d’objectivité vis-à-vis du phénomène guerrier. Le point fort de notre démarche réside dans la dimension binationale de l’étude de la Première Guerre mondiale fondée sur une perspective comparative. Comment les hommes, des deux côtés du front, ont-ils vécu les combats ? Comment ont-ils perçu la guerre et l’ennemi ? Comment sont-ils restés en contact avec leurs proches ?

Nous partirons de l’échelle locale – Berry-au-Bac et la cote 108 – pour aborder des aspects plus généraux et remettre en perspective le village dans le contexte de la guerre. Pour cela, nous resterons dans la lignée d’une histoire culturelle, développée à la fin des années 60 mais surtout à partir des années 90. Nous étudierons ainsi une histoire des hommes, en tant qu’individus, une histoire plus tournée vers le ressenti, l’émotion, la psychologie du combattant, des civils, aussi. Une expérience de la guerre comme expérience corporelle, vécu tant par les soldats au front que par les prisonniers dans les camps ennemis et les civils (à l’arrière du front ou qui l’ont fui), toujours dans une perspective franco-allemande. Pour réintégrer Berry-au-Bac et la cote 108 dans le récit de la Grande Guerre et réapprendre cette partie de l’histoire de la guerre, nous tenterons de produire un récit croisé franco-allemand qui nourrira une exposition le 2 août prochain. Pour plus de détails, je renvoie à notre site internet hébergée par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP-CNRS) : http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

C’est là que le témoignage – livré dans la correspondance adressée depuis le front aux proches ou dans les carnets que tiennent les soldats – prend toute sa place. Là aussi réside toute la difficulté puisque, parallèlement à l’émergence de cette nouvelle histoire culturelle, le corpus des sources a littéralement explosé. Nous nous retrouvons donc confrontés, dans les différents centres d’archives où nous travaillons, à une masse imposante d’archives de toute nature (lettres, cartes postales, photographies, carnets, mémoires, dossiers juridiques, documents officiels, etc.), qu’il nous faut dépouiller, sélectionner, organiser et analyser.

 

Pour y parvenir, une première rencontre a eu lieu du 19 au 23 février dernier à Berry-au-Bac où l’équipe scientifique a pu rencontrer les fondateurs de l’association « Correspondance.Côte 108 », Caroline Guerner et Jean-Marie Dogué. Les étudiants français et allemands ont conjointement participé à deux réunions publiques, avec les élus et la population locale. L’occasion, pour nous tous, de mieux mesurer l’intérêt que le projet pouvait susciter pour les personnes qu’il concernait plus directement. Tant les élus que les habitants ont en effet souligné l’importance de la remise en valeur du site de la cote 108 et de son ouverture au public, laquelle restera partielle. La cote 108 demeure dans l’imaginaire local un lieu de souvenir quasi-mythique.

 

Fort de la prise de conscience de l’épaisseur historique du lieu et de la demande sociale qu’il suscite un siècle plus tard mais conscient aussi de notre devoir d’historien, notre groupe a ainsi défini, lors de séances de travail quotidiennes, plusieurs axes de réflexion pour notre travail de recherche Nous nous sommes également entendus sur une approche qui prend l’expérience individuelle comme objet d’étude et entend privilégier une vision du bas vers le haut, faisant de chaque combattant un acteur de la guerre. Sont ainsi ressortis, parmi ces thèmes, le lien avec le front domestique, les rapports avec les troupes coloniales, la violence militaire, les exactions contre les civils, le lien avec le front domestique, les rapports avec les troupes coloniales, la sortie de guerre et la reconstruction. Nous avons surtout souligné l’importance d’une contextualisation, d’une étude comparative binationale franco-allemande qui permettait de dépasser les stricts cadres historiographiques nationaux et d’aboutir ainsi à une histoire culturelle croisée de la Grande Guerre.

Une fois les thèmes et l’approche définis, nous avons réfléchi aux sources que nous serions susceptibles d’exploiter pour ces recherches. Dans ce but, chacun a pu mettre en commun le fruit de ses travaux et ainsi mutualiser les informations récoltées depuis novembre 2013. En effet, chacun des participants travaille dans différents lieux d’archives : en France, en région parisienne (Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, Bibliothèque de Documentation internationale Contemporaine (BDIC), Bibliothèque Nationale de France (BNF), Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelles de la Défense (ECPAD) d’Ivry, Service historique de la Défense (SHD) à Vincennes) et à Laon (Archives départementales de l’Aisne) et en Allemagne (aux archives militaires fédérales allemandes et aux archives du Deutschen Caritasverbandes à Fribourg, à la deutsche Tagebuch-Archiv à Emmendingen..). Pour ma part, ces recherches ont porté jusqu’à présent sur des journaux intimes tenus par des soldats et sur la correspondance qu’ils entretiennent avec leurs proches, essentiellement conservés à la BDIC et à la BNF. Ce vaste travail d’archives permet de croiser historiques de régiments, presse, rapports officiels (de l’état-major ou du gouvernement), documents juridiques, iconographie, archives audiovisuelles. Une multiplicité des sources qui, incontestablement, enrichit notre travail d’équipe et fonde notre approche comparative. Nous avons d’ailleurs créé un outil informatique ad hoc qui permet d’uniformiser de manière efficace la somme des archives recueillies individuellement, formant ainsi une base de données collective sur l’état de nos recherches.

En lien avec nos séances de recherche en archives, nous avons longuement visité la région dans une approche plus physique des lieux étudiés. Ainsi, nous nous sommes d’abord rendus sur le site de la cote 108, puis nous avons visité le village de Berry-au-Bac et son cimetière militaire allié. Pour mieux comprendre la place centrale de la cote 108 dans la guerre, nous sommes aussi partis le 22 février à la découverte des sites qui l’entourent. Le long de l’ancienne route nationale 44, nous avons longé les plaines étendues de l’Aisne et visité plusieurs lieux du Chemin des Dames : le plateau de Californie, le monument aux Basques, le site de l’ancien village de Craonne, entièrement détruit et transformé aujourd’hui en arboretum. Nous avons également pu profiter d’une visite particulière à la Caverne du Dragon, guidés par sa directrice, Anne Bellouin.

Monument aux basques (2) GLLe monument des Basques, inauguré en 1928

(photographie prise en février 2014)

III.       Le franco-allemand au cœur du projet

La dimension franco-allemande de notre projet constitue l’un de ses atouts. Chère à Fabien Théofilakis, la vision binationale nous semble à tous indispensable à l’heure de l’Europe et de l’amitié franco-allemande qui scelle désormais nos deux pays. Le contexte du centenaire offre justement cette possibilité d’aborder l’étude de la Première Guerre mondiale dans un cadre ouvert, hors d’une optique strictement nationale.

Cent ans après la « catastrophe » de 1914, nous sommes indiscutablement entrés dans un cycle nouveau. De même que nos deux pays sont unis durablement, l’histoire de chacun d’entre eux est indéniablement liée et c’est ensemble que nous devons la lire. C’est grâce au regard de l’autre, « l’ami d’aujourd’hui » qui fut l‘ « ennemi d’hier », que nous tenterons de restituer autrement l’histoire de la Grande Guerre, grâce à cette approche comparative binationale. Nous espérons trouver des récits et des traces de cohabitation qui viendraient étayer nos recherches sur l’expérience de guerre franco-allemande à Berry-au-Bac. Les tranchées, les lignes de défense, ne sont souvent séparées que par une centaine de mètres et, alors, de part et d’autre, les soldats s’écoutent dans les moments plus calmes parler et même chanter. Ils voient par la fumée et la lumière qui s’en échappe les feux qui réchauffent l’ennemi. Ont-ils le sentiment de partager les mêmes souffrances ? Quelle perception ont-ils de « l’autre » ? Comment affrontent-ils les combats, la peur, la mort, la vie aussi ? Nous allons tenter, par nos recherches, d’apporter, sinon des réponses, du moins une vision la plus exhaustive possible qui pourra, par son approche comparative, livrer un autre regard sur la guerre et lever d’autres pistes de réflexion.

En nous portant volontaires pour ce projet, nous avions tous des intérêts différents, scientifiques, humains ou personnels (développés dans les biographies de l’équipe scientifique, consultables sur la page internet du projet). Mais notre premier point commun était cette volonté de travailler avec des étudiants du pays voisin, de l’autre côté du Rhin. Chacun d’entre nous poursuit aujourd’hui ses recherches de son côté, dans ses centres d’archives respectifs, cependant plus conscients qu’auparavant d’appartenir à un groupe d’étude. A titre personnel, travailler sur un tel projet m’apporte un enrichissement et une motivation certaine. Cela renforce aussi davantage mon désir de devenir historienne. D’une manière plus générale, cette aventure, scientifique et humaine, est une expérience hors du commun pour les jeunes chercheurs que nous sommes.

 

Berry-au-Bac / Nanterre, février-mars 2013

Camille Laurent  (université de Paris Ouest

Nanterre – La Défense)

Die Höhe 108 in Berry-au-Bac

Das Projekt „Höhe 108“ in Berry-au-Bac: Kriegs- und Heimatfront zwischen Nationalgeschichte und europäischer Erinnerung“, das in Verbindung mit dem Verein „Correspondance.Cote108“ durchgeführt ist, ist ein deutsch-französisches Projekt, das vom Ende 2013 bis 2018 läuft (Siehe ausführliche Darstellung: http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html). Dieser Blog, der als ein Begleitungsheft konzipiert ist, verfolgt ein Doppelziel: – Eine „histoire croisée“ (aus einer Doppelperspektive) des Ersten Weltkrieges ab einem wichtigen Ort des „Chemin des Dames“ zu schreiben, der aber seitdem in Vergessenheit geraten ist: vom September 1914 bis November 1918 waren Berry-au-Bac und die Höhe 108 eine Frontlinie zwischen den deutschen und französischen Heeren und ein Ort des Experimentierens des modernen Krieges (Minenkrieg 1915; Panzerschlacht 1917). Das Projekt wird sich jedes Jahr mit Themen auseinandersetzen, die eine breitere Dimension aufweisen: 2014 beginnt das Projekt mit der Kriegserfahrung der deutschen und französischen Soldaten bei der Höhe 108 in Bezug auf die Heimatfronten an. 2015 werden die Höhe 108 und Berry-au-Bac auf der regionalen Ebene aus der Perspektive der deutschen und französischen Generalstäbe studiert. Das dritte Jahr nimmt als Gegenstand die kulturelle Mobilmachung der Gesellschaften, teilweise unter dem Impulse des Staates, um „ihre“ Soldaten zu unterstützen. 2017 wird sich das Projekt an der Dynamik des Krieg-Heraustretens interessieren: Der Krieg endete im November 1918 auf dem Schlachtfeld, ein Jahr später, aber war er für die Frontsoldaten damit auch wirklich vorbei? Und für ihre Familien in Deutschland und Frankreich? Im letzten Jahr wird der Akzent auf die „Erinnerung“ an den Krieg von der unmittelbaren Nachkriegszeit bis heute gelegt. Wie wurde und wird an die gefallenen Kämpfer der Höhe 108 erinnert? Inwiefern lässt sich daraus die zeitliche und räumliche Entwicklung der Gedenkfeier an den Ersten Weltkrieg in Deutschland und Frankreich ablesen? Der deutsch-französische Vergleich soll uns erlauben, besser zu verstehen, inwieweit jede Nation den Konflikt erlebt hat und dessen Erinnungskultur geformt hat. – Master-Studenten den „Historikerberuf“, von der Informationssammlung im Archiv bis zu der Wiedergabe unter Form einer jährlichen thematischen Ausstellung beibringen, die Geschichte zum Beruf machen möchten. Seit Oktober 2013 arbeiten vier französische Studenten von den Universitäten Paris Ouest Nanterre und Paris 1 Panthéon Sorbonne sowie drei deutschen Studenten von der Albert-Ludwig Universität Freiburg in circa zehn Archivzentren diesseits und jenseits des Rheins über das erste Thema. Viermal im Jahr treffen sich die Teilnehmer*innen in Berry-au-Bac, in Nanterre und in Freiburg während Arbeitsseminare, die auch die Gelegenheit bieten, in Team zu arbeiten, Netzwerk aufzubauen, die historische Dimension des Ortes und wie der Erste Weltkrieg ein Gegenstand geworden ist, der in Museen behandelt wird wahrzunehmen sowie die lokalen Akteur und „Erinnerungsträger“ kennenzulernen. Zwischen 2014 und 2018 arbeiten drei deutsch-französische Forschungsteams nacheinander über das Projekt innerhalb zweijähriger Zyklen (Master 1 und Master 2), außer dem letzten, das nur ein Jahr dauert. Jedes von ihnen wir also die Möglichkeit haben, zwei Tafelausstellung aufzubauen und so viele Veranstaltungstage (Werkstatt „Archiv“, Podiumsdiskussion mit deutschen und französischen Historiker*innen, Filmvorführung mit Diskussion) zu veranstalten.